🌱Vous avez reçu une carte cadeau ? Cliquez ici pour activer votre abonnement à notre box jardinage 🌱

Comment utiliser le savon noir pour protéger ses plantes ?

Mon Petit Coin Vert est une jardinerie urbaine en ligne. Cet article fait parti de nos actualités et conseils.

Jardiner bio ne signifie pas seulement d’utiliser des graines bio. Cela passe aussi par les soins que le jardinier apporte à sa terre et à ses plantes. Astuce de grand-mère ou soin naturel efficace, le savon noir vous réserve bien des surprises.

Utilisations au jardin

Ce sont les propriétés antiseptiques et insecticides du savon noir qui sont en priorité utilisées au jardin. À partir de mars-avril le jardinier assiste à l’apparition de nombreux insectes dont les plus connus sont les pucerons, cochenilles, mouches blanches, chenilles, thrips… sans oublier certains acariens, dont l’impact sur les végétaux est notable. Il existe une solution simple qui permet de réguler le nombre de ces insectes, à la fois préventive, curative, facile à mettre en œuvre et d’un coût modique: la pulvérisation de savon noir liquide. Ce produit, qui est disponible en jardineries, est à base d’huile de lin et de potasse… à ne pas confondre avec le savon noir ménager, partiellement composé de produits pétrolifères et de ce fait pas toujours entièrement biodégradable !

Sa nocivité sur l’homme est nulle et son application se fait, soit à l’aide d’un pulvérisateur. La bouillie préconisée est dosée à 10-20 g de savon par litre d’eau (selon l’importance de la population des bio-agresseurs visés), ce qui empêche les insectes précoces, partis en éclaireurs sur les arbres et arbustes, d’y établir une forte colonie. Le savon noir agit rapidement sur l’insecte – en 24 h – en lui bouchant les pores respiratoires de la cuticule qui le recouvre. Cependant, le savon noir ménager peut être utilisé s’il est d’origine végétale et certifié Ecocert. Ceci dit, il n’est pas utile de traiter à la moindre apparition d’un bioagresseur. De nombreux jardiniers ont compris que les insectes font partie d’une chaîne alimentaire où prédateurs et proies se rendent service mutuellement : les uns sont indispensables au maintien de la vie des autres. Mieux: leur seuil de nuisance sur les plantes n’est atteint qu’à partir d’un certain stade. Avec un peu de patience le jardin finit par s’autoréguler. Enfin, sans eux pas de pollinisation, donc pas de fruits ni légumes !

Top 5  des recettes utiles

 2 cuillères à soupe de savon noir liquide équivalent à 1 cuillère à café de savon mou. 

Insecticide naturel: 3 cuillères à soupe de savon noir liquide diluées dans 1 litre d’eau tiède à chaude. Une fois la préparation refroidie, pulvérisez-la sur les plantes atteintes, sans oublier le dessous des feuilles. Vous devrez peut-être renouveler l’opération si nécessaire, afin d’être débarrassé des invités non désirés. Procédez comme pour la plupart des traitements. Le matin de bonne heure, ou patientez jusqu’à la fin de journée, lorsque les températures sont en dessous de 20°C.

Nettoyant pour les allées de pierre (ardoise, grès, granit…) :
Même recette que ci-dessus: frottez votre chemin avec une brosse en chiendent trempée dans cette solution.

Comme mouillant pour traiter les maladies fongiques: 1 à 2 cuillères à soupe pour 1 litre de bouillie bordelaise. Un mouillant est un produit qui facilite la dispersion et la pénétration d’une préparation liquide à base d’eau. Ainsi, le traitement est plus efficace et moins sensible au lessivage.

Contre le Mildiou: 1 cuillère à café de savon noir liquide et 2,5 g de bicarbonate de soude, le tout dilué dans un litre d’eau. A utiliser de préférence en prévention.

Comme nettoyant contre la fumagine:
La fumagine est une maladie qui produit de la moisissure noire sur les feuilles et cause leur chute à terme. Ceci touche régulièrement les plantes sensibles aux pucerons, en particulier les fruitiers et arbustes d’ornement, mais aussi les plantes vertes d’intérieur. Vos plantes atteintes de ce champignon auront besoin d’être nettoyés. Pour supprimer le dépôt charbonneux, nettoyez-les avec de l’eau tiède additionnée de savon noir.

Les origines variées du savon noir

Vous vous demandez d’où provient le premier savon noir ? Il sera nécessaire de remonter à l’invention d’un des premiers savons : le savon d’Alep. C’est en l’an 3000 Av. J.-C, en Syrie, qu’il apparait. Ses ingrédients de base sont encore les mêmes aujourd’hui : de l’huile d’olive et de la soude végétale. Grâce aux flux marchands de l’époque, le savon noir vendu bien au-delà des frontières. C’est ainsi que ce savon et sa technique de fabrication arrivent un peu plus tard au Maroc dans la région d’Essaouira. Région précurseure dans la fabrication du savon noir tel que nous le connaissons. La technique de fabrication ne changea pas, mais sa composition oui. D’où le changement d’appellation : savon noir, connu aussi sous le nom de “savon Beldi”. On ne peut parler de traditions et culture marocaine sans parler du savon noir cosmétique, produit phare du Hammam.

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

Des thématiques originales, des graines surprises et les conseils de notre professeur d’horticulture ! A partir de 12,90€ / mois.

Je découvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

trois − 3 =