Fruits de l’été, délices des balcons et jardins

Les fruits sont une cure de saveurs, de parfum et de bienfaits. Comment les récolter sur nos balcons et dans nos jardins ? Quelle est leur composition, comment les préparer en cuisine et en quoi sont-ils excellents pour la santé? Panorama de notre sélection: du cassis au raisin de table.

Le cassis, une crème au royaume des petits fruits

Les bienfaits du cassis

Le cassis se récolte bien mûr. Ses fruits exercent une protection sur la paroi des vaisseaux sanguins et améliorent la vision nocturne. Ainsi, particulièrement ceux qui souffrent des articulations, des hémorroïdes et d’insuffisance veineuse peuvent tirer profit de cette plante modeste et riche. Contenant plus de trois fois plus de vitamine C que l’orange (180 mg pour 100g), le cassis se consomme tel quel, à l’état frais, mais aussi sous la forme de salades de fruits, gelées, sirops, tisanes, crème, décoctions (feuilles).

Une infusion à base de cassis

Voici les indications proposées par Jacques Fleurentin (pharmacien et maître de conférences des Universités) :  « en infusion 15 mn: 2 à 4g de feuilles pour ¼ à ½ l d’eau à boire dans la journée (douleurs articulaires); en infusion ou décoction de 15 mn: 2,5 à 5g de fruits pour respectivement ¼ à ½ l d’eau à boire dans la journée contre les insuffisances veineuses et la crise hémorroïdaire »

La framboise et sa compagne… la Chantilly

Le plus souvent rouge-framboise, ce fruit existe aussi dans sa version jaune: un délice!

Les bienfaits de la framboise

La framboise réduirait le risque mutagène et d’attaque cardiaque, grâce à une forme naturelle d’aspirine qu’elle contient. C’est déjà bien, mais ce n’est pas tout : les fibres présentes en quantité améliorent le transit intestinal. Les nombreux minéraux qu’elle contient nourrissent la moindre de nos cellules, sans compter l’inhibition de la formation du mauvais cholestérol. N’hésitons plus, cultivons le framboisier! Ceux qui sont remontants (deux productions/an) se taillent en dessous de la partie ayant déjà fructifié. Les framboisiers non remontants se coupent après la mise à fruits.

Un fruit à consommer frais …

Récolter à la fraîche, tous les deux-trois jours, dès que la rosée s’est dissipée et lorsque le fruit est bien mûr, sa saveur et ses vertus étant alors optimales. Leur conservation au réfrigérateur ne dépasse guère 2-3 jours. Comme elles s’écrasent facilement, l’idéal consiste à les récolter dans un récipient peu profond. La framboise contient de la vitamine C, excellente consommée fraîche avec de la crème, du yaourt ou un peu de sucre roux.

La groseille à grappes, parfaite en gelée

Un luxe qui se paie cher: la groseille épépinée

Où planter le groseillier ?

L’arbuste apprécie la présence du soleil matinal mais déteste être exposé au cagnard de midi. Il en découle qu’il peut être planté à mi-ombre, ce qui permet au jardinier de mettre en valeur des zones du jardin ou des balcons parfois inexploités. Fidèle à ses origines – régions froides et tempérées du monde entier – le groseillier à grappe survit aisément aux grand froids. Convenablement entretenu, il peut vivre 15 à 30 ans et produire des dizaines de kilos de fruits (4,5 kg/an en moyenne) sans broncher: les parasites l’affectent peu. Les fruits se forment sur les rameaux âgés de 2-3 ans. Il faut donc faire cohabiter les pousses jeunes et plus âgées. En pratique, à la plantation, tailler à la base 2-3 tiges; ces dernières donneront naissance à des pousses âgées de 1 ans en fin d’année.

Les bienfaits de la groseille

Mine de sels minéraux, pectine, fibres et vitamines, les groseilles se récoltent bien mûres. Riches aussi en anthocyanes protecteurs de notre santé, elles se dégustent en frais, gelées, confitures, tartes, cheesecakes, etc.

La myrtille, bleuet des Québécois

Quand récolter la myrtille ?

L’important pour le jardinier est de planter le myrtillier arbustif en terre franchement acide : pH compris entre 4 et 5,2 ! A partir d’un pH 6, les plantes prennent une vilaine couleur jaune qui annonce un déclin certain. Contrairement au myrtillier sauvage, son cousin américain aime le soleil. La floraison s’étale sur plusieurs semaines, ce qui a pour conséquence un étalement analogue de la récolte des fruits. Bien mené le myrtillier à corymbe peut porter des fruits dès la 2ème année de plantation. Les fruits sont regroupés par grappe de 5 à 10 baies. La belle coloration bleue intervient 3 à 7 jours avant la maturité complète. Attention aux oiseaux qui raffolent de ce fruit : la pose d’un filet installé avec soin s’avère indispensable ! La récolte s’étale de début juillet à fin août.

Les bienfaits de la myrtille

Le fruit se conserve bien pendant 10 jours au frais (pas au frigo: il perd sa saveur!). A l’inverse la congélation n’altère ni le goût ni les vertus de la myrtille, ces dernières étant nombreuses: effets préventifs sur la perte de la vue (myopie en particulier), l’inflammation, les mutations cellulaires, entre autres propriétés. Se déguste en frais, tarte, confiture, gelée, coulis, etc.

Le raisin de Noël, séché sur chaume

Pourquoi ne pas en faire du raisin de paille!

De la récolte à l’assiette !

La récolte du raisin doit se faire lorsque les grains sont franchement mûrs! Si ce n’est pas le cas, son taux d’humidité sera trop élevé et sa part de sucre trop faible. Stocké à température ambiante mais à mi-ombre, le fruit se conserve 2 à 6 semaines selon les variétés. Bon an mal an, une vigne étant affranchie des aléas climatiques, la production atteindra sans difficulté quelques dizaines de kilos. Il sera possible de réserver quelques belles grappes afin d’en faire du raisin de paille. Séchées sur chaumes, au fond d’une cagette, dans un local aéré et aussi sec que possible, ces grappes vont perdre leur eau et se concentrer en sucre. Ce nectar sera dégusté aux fêtes de Noël.

Les bienfaits du raisin

Le raisin diminue le mauvais cholestérol, est antioxydant et anti-inflammatoire, favorise la cicatrisation et renforce les vaisseaux sanguins. Une évidence: en consommer issu de sa production non traitée ou de l’agriculture bio, tant les traitements chimiques sont fréquents et concentrés en agriculture conventionnelle! Se consomme en frais, salade, séché, jus, alcool.

Le physalis ou coqueret du Pérou

Le coqueret: une perle dans son écrin

La singularité et la beauté de cette plante tiennent beaucoup à l’excès de zèle qu’elle déploie pour protéger sa progéniture. En effet, dès la fécondation assurée, les sépales se regroupent et viennent envelopper la baie, en cours de maturation. A terme le fruit est totalement enclos dans une gaine de couleur plus ou moins vive selon l’espèce, ce qui lui vaut l’appellation d’amour en cage ou de lanterne chinoise. Se saisir de l’un de ces fruits de la taille d’une cerise, le sortir de son emballage couleur marron clair et le déguster est un plaisir dont on ne se lasse pas ! Sa saveur se situe à mi-chemin entre celle de la mangue, de la groseille et, peut-être, d’un soupçon de tomate pas tout à fait mûre.

Comment préparer le coqueret en cuisine ?

Voici une façon originale, rapide et efficace de préparer le fruit du physalis, telle que la rapporte J.-L. Danneyrolles (éditions Actes-sud): « une vieille recette conseille de conserver le calice ouvert comme une fleur et de tremper la baie dans un sirop de sucre puis de chocolat. Refroidis, le chocolat noir et le sucre craquent sous la dent, tandis que la pulpe acidulée fond dans la bouche. » Les confiseurs du 18è siècle avaient de l’imagination, conclut Danneyrolles. On peut aussi parier qu’ils aimaient les confiseries !

Les bienfaits du coqueret

Le coqueret produit des fruits acidulés, parfumés et légèrement sucrés. Ils sont très riches en protéines, riches en provitamine A (3000 mg de carotène/100 g) et peuvent être transformés en coulis, compote, confiture, chutney, confits, tartes. Ils se dégustent aussi crus, trempés dans du chocolat ou du caramel… bref le jardinier n’a que l’embarras du choix! Se récolte quand l’enveloppe est desséchée; se conserve des mois au sec.

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

Des thématiques originales, des graines surprises et les conseils de notre professeur d’horticulture ! A partir de 12,90€ / mois.

Je découvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

9 + 10 =