Jardiner au naturel : 10 astuces simples

Mon Petit Coin Vert est une box jardinage par abonnement. Cet article fait parti de nos actualités et conseils.

Tondre le gazon, entretenir les plates-bandes ou repiquer des massifs, le jardinage génère des détritus. Pour jardiner vertueux, voici 10 idées pour jardiner de façon naturelle. Elles éviteront les voyages à la déchetterie, le gaspillage et feront même réaliser des économies en gardant un beau jardin.

1. Adopter la tonte “mulching”

La « tonte mulching » appelée également « herbicyclage » est une bonne façon d’économiser ses forces tout en faisant du bien à son gazon. Cette méthode de tonte laisse sur place l’herbe coupée. En séchant et en se décomposant, elle forme un paillage naturel qui garde l’humidité du sol et lui apporte des éléments nutritifs. Pour faire de l’herbicyclage on équipe sa tondeuse d’un kit mulching disponible dans le commerce.

2.Planter des bulbes et des vivaces

planter bulbes

À l’arrivée du printemps on a envie de voir le jardin en fleur. Plutôt que de planter des annuelles à remplacer une fois la saison terminée, on préfère investir dans les bulbes et les vivaces. Après avoir poussées et fleuries, les vivaces (roses trémières, campanules, lavandes…) disparaissent pour mieux refleurir l’année suivante. Les plantes à bulbes suivent le même cycle. Simplement, il faut organiser leur plantation. On met en terre les bulbes des plantes qui poussent au printemps et au printemps, les bulbes des fleurs qui apparaîtront à l’automne. Avantage supplémentaire, les bulbes se reproduisent au fur et à mesure des années et donnent de nouvelles fleurs que l’on peut transplanter.

3.Composter les déchets du jardin

Les feuilles tombées, les mauvaises herbes, les fleurs fanées et les branches coupées lors de la taille des arbres représentent les petits rebus du jardin. Si l’on dispose d’un terrain suffisamment grand, on peut installer un composteur exclusivement réservé à ces résidus. Il évitera les voyages à la déchetterie et fournira du terreau de qualité après deux ans. Les plus bricoleurs peuvent le réaliser avec quelques dalles en s’appuyant sur un mur de clôture.

4.Récupérer et transplanter les surplus de plantes

repiquer-plants

Dès les premiers beaux jours, la nature repart. Les vivaces, les bulbes et les couvrantes essaiment facilement et prennent leurs aises. Les campanules, les nigelles ou la bourrache ont tendance à coloniser les plates-bandes. C’est le moment de dédoubler les plus envahissantes pour faire des semis et les transplanter. Ces « surplus » de plantes pourront trouver leur place dans d’autres jardins et ne finiront pas au composteur. On évite des rebus inutiles et on réalise des économies. On trouve là l’occasion de faire des échanges entre voisins ou amis et tout le monde est heureux.

5.Faire des semis

Pour économiser sur l’achat de plantes, on apprend à réaliser des semis de plantes « faciles ». On investit dans une mini-jardinière ou on se sert de boîte d’œufs pour fabriquer les godets. On peut faire pousser des tomates, des herbes aromatiques (persil, ciboulette, cerfeuil) des fleurs (cosmos, œillets d’inde, etc.). L’emploi d’une serre réutilisable ou de conditionnements recyclables évitera l’utilisation de godets en plastique. De plus, réaliser des semis amusera petits et grands. C’est toujours très satisfaisant de voir germer des graines et d’en prendre soin.

6 : Garder les godets de plantation pour ses propres cultures

Les fleurs et plantes que l’on achète en jardinerie sont généralement conditionnées dans des barquettes ou des pots ou des godets. Garder ceux en bon état (non fendus) peut être une bonne façon de proposer des surplus de fleurs à repiquer. Lors d’échanges ou de bourse aux plantes, ces présentoirs à plantes seront bien pratiques. On peut inscrire à la craie dessus le nom des plans ou bien planter une petite étiquette en ardoise ou en bois.

7.Employer le marc de café et les coquilles d’oeufs

Certains déchets de cuisine sont utiles au jardin. Le marc de café est réputé comme engrais naturel. On peut aussi l’ajouter au compost ou s’en servir comme barrière antilimace quand on le dépose autour des pieds de plantations. Les coquilles d’œufs émiettées sont un bon moyen pour dissuader les escargots de venir goûter aux pieds fraîchement sortis et permettent aussi de désacidifier un sol (ex. : terre à proximité de thuya ou sapins).

8.Une rocaille avec les cailloux du terrain

Quand on réalise un potager ou lorsqu’on aménage des plates-bandes ou des zones à engazonner, on doit amender le terrain. Très vite, les cailloux trouvés s’entassent et deviennent encombrants. Plutôt que de les jeter, on peut les employer pour dessiner une rocaille ou délimiter un carré paysager ou des allées. C’est le système « récup » appliqué au jardin.

9. Choisir les plantes adaptées au sol et exposition du jardin

Pour éviter de jeter des plantes, on vérifie l’endroit et l’exposition du lieu où la plante sera repiquée. Les plantes proposées dans les jardineries proviennent souvent de pays étrangers ou sont élevées en serre. Une fois repiquées, il leur faut un temps d’acclimatation au lieu. Si les conditions sont vraiment très différentes, elles dépérissent. Mieux vaut sélectionner des plans chez des producteurs locaux. On s’assure également ses conditions d’exposition. Les hostas apprécient exclusivement l’ombre et les rhododendrons demandent de la terre bruyère. Enfin, on regarde la rusticité de la plante. Est-elle gélive et faut-il la pailler pour la protéger du froid ?

10.Palisser les grimpantes avec des supports en bois

Les plantes grimpantes et les rosiers ont besoin de support pour s’accrocher et être maintenus. On choisira des éléments en bois et des tuteurs végétaux plutôt que des grilles à croisillons en plastique. Au moment de la taille des arbres on récupère les branches qui peuvent servir à faire des tuteurs. Le jardinage malin nécessite des astuces qui s’avèrent très rentables rapidement.

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

Des thématiques originales, des graines surprises et les conseils de notre professeur d’horticulture ! A partir de 12,90€ / mois.

Je découvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

15 − huit =