Le thym, un concentré de vertus

Comparse du laurier-sauce en cuisine, la « farigoule » des provençaux est une plante riche en propriétés médicinales. On en compte plus de 60 espèces en Europe tempérée. Bonne nouvelle, il se cultive facilement sur terrasses, rebords de fenêtre et balcons !

La floraison du thym
La discrète floraison du thym

Dans le paysage olfactif des français, le thym est irrémédiablement associé à la flore aromatique de Provence. L’évocation de ce sous-arbrisseau fait monter au nez des senteurs qui allient, selon l’expression de Pierre Lieutaghi (spécialiste de la flore méditerranéenne) « violence et finesse, sauvagerie et civilité ». Surtout quand il s’agit du thym commun, c’est à dire celui dont les grand-mères faisaient des bordures dans les potagers des années 1960. Ce thym (Thymus vulgaris) est bien ligneux, haut de 10 à 30 cm le plus souvent; ses rameaux sont très ramifiés et le moindre frôlement provoque l’éclatement des glandes à huile essentielles qui parsèment le limbe de ses feuilles. Une bonne loupe permet de les observer.

Les fleurs présentent deux lèvres inégales (caractéristiques de la famille des Lamiées), rose plus ou moins pâle, qui coiffent le sommet des tiges en mai. La récolte des huiles essentielles s’effectue avantageusement en début de floraison et en début d’après-midi. Faire la différence entre le thym commun et le thym serpolet (T. serpyllum) est à la portée de n’importe qui. Ce dernier présente l’allure d’un coussinet rase-motte dont les tiges sont courtes, dressées et non ligneuses (souples, herbacées). A l’inverse, faire la distinction entre les différents serpolet est une autre paire de manches!

12 « Races chimiques »

Thym sauvage

Parmi les espèces distinctes qui peuplent nos campagnes, il existe encore ce que les spécialistes nomment « races chimiques ». Que signifie cette formule bizarre? Tout simplement que l’analyse chimique met en évidence que deux thyms qui paraissent identiques à l’œil nu peuvent être cependant différents du point de vue de la composition de l’huile essentielle qu’ils produisent. Les bio-chimistes distinguent ainsi 12 chémotypes, en fonction de la richesse en certains composants. De cette façon le chémotype 1 possède une huile riche en carvanol (que l’on retrouve dans l’origan), le chémotype 4 une huile riche en linalol… le 12, une huile riche en citronellal, pour ne citer qu’eux. Contre-indiquée chez la femme enceinte, l’huile essentielle de thym peut être toxique à fortes dosesNe disposant d’autre appareil de mesure que leur nez, les Hauts-Provençaux distinguent traditionnellement le « thym rouge » à senteur forte (il s’agit du thym cultivé) du « thym blanc » au parfum citronné, riche en linalol, qui le rapproche d’ailleurs, à ce titre de la lavande.

Bon pour l’estomac

Le thym attire les pollinisateurs
Autre vertu du thym: il attire les pollinisateurs.

Tel que l’indiquent plusieurs informateurs de Pierre Lieutaghi, le thym connaît une foule d’usages populaires: « quand la farigoule fleurit, le petit-chêne pousse. Si je me sens embarrassée, je bois une infusion de farigoule (…) ça me fait roter, ça me fait du bien. » ou encore, « on en boit en tisane, pour le rhume, c’est M. Cloche, le pharmacien de Forcalquier, qui l’a conseillé. » Pour faire bonne mesure n’oublions pas les propriétés démontrées récemment (citées par J. Fleurentin, pharmacien): le thym est un excellent antibactérien et antiviral (grâce à la présence du thymol et carvacol), antispasmodique de l’intestin et anti-inflammatoire. Enfin de nombreux auteurs et la médecine populaire de nombreux pays reconnaissent au thym des effets sur les toux, bronchite, ballonnement, flatulence, cicatrisation (voie externe) des plaies, affections buccales, maux de gorge, migraines et vertiges. Reste à vérifier si la pratique des soldats Highlanders d’Écosse est toujours valable: l’infusion de thym les empêchaient de faire des cauchemars! Thymus peut avoir pour origine deux mots grecs: thyô, je parfume, ou thymos, la force, ce qui souligne, respectivement, deux des vertus cardinales de la plante, à savoir qu’elle est aromatique et stimulante.

La culture en pot adaptée au thym!

La culture du thym en pot

En bacs et jardinières, sur terrasses et balcons! Au jardin le thym se plante en sol acide, très filtrant et pauvre en matière organique. Si la terre n’est pas drainante il ne faut pas hésiter à disposer un lit de cailloux et graviers sur environ 10 cm d’épaisseur sous les racines. La multiplication se fait par division de touffe ou bouturage, soit au printemps, soit à l’automne. Le thym ‘citriodorus’ est très fourni, dense et à nette odeur de citron, il est tout indiqué pour habiller l’étage bas des bacs. La préférence géographique des thyms (garrigue) autorise les jardiniers à ne pas l’arroser souvent: il supporte vraiment le sec!

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

Des thématiques originales, des graines surprises et les conseils de notre professeur d’horticulture ! A partir de 12,90€ / mois.

Je découvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

cinq + six =