Que faire au potager en novembre ?

La courbe du soleil au dessus de notre horizon ne cesse de baisser, jour après jour et ceci jusqu’au 21 décembre. Les plantes ont perçu les conséquences qui accompagnent ce phénomène: nette diminution des températures et de la quantité globale de lumière, augmentation de l’humidité ambiante. Par ailleurs les pluies sont plus fréquentes et l’humidité de l’air plus élevée.

Dans ces conditions, fini le jardinage? Et bien non! La Sainte-Catherine s’approche avec les plantations qui s’invitent, car, tel que le dicton l’indique,  » tout bois prend racine ». En novembre les jardiniers amendent aussi terres et substrats, nettoient cours, allées, serres et abris, bouturent arbustes,  divisent les plantes vivaces et aromatiques… et surveillent la santé de leurs courges.

Courges et fruits, à stocker au sec, au frais et à mi-ombre

Serre, balcon, terrasse et rebord de fenêtre

Plantations et empotages de bisannuelles (primevères) sous abri

Lorsqu’une belle journée se présente, ouvrir les portes et, modérément, les fenêtres de toiture de la serre et autres abris. Arroser sans excès les cultures encore en place.

Repérer les tiges et feuilles qui présentent des traces de maladie; les enlever puis les mettre au compost. Faire le ménage et imaginer les aménagements et améliorations pour  la saison 2019.

En fonction de l’ampleur du froid dans la région, protéger les plantes les plus sensibles (fuchsia, citronnier, laurier-rose, etc) en les recouvrant d’un voile dit « non tissé ». Deux épaisseurs existent: le P17 pour froid modéré et P30 pour froid plus intense. A ôter dans la journée, surtout s’il fait beau!

Le mélange qui constitue le substrat des bacs, potées, jardinières, etc. a diminué et s’est appauvri: il faut apporter du compost ou du terreau prêt à l’emploi. Pour cela griffer superficiellement la surface du contenant afin de les incorporer. Pailler la surface.

En pots et bacs, planter les petits conifères, petits fruitiers, fusains, bambous de petites dimensions… mais aussi les bulbes, bisannuelles aromatiques et vivaces.

En zone ventée et particulièrement exposées (intempéries, soleil…), déplacer ces contenants vers les espaces abrités.

Potager

Région littorale et/ou douce: planter les salades, mâche et chicorées variés ainsi que l’ail. Pour ce dernier, préférer une terre drainante, sableuse… sinon c’est la pourriture assurée.

Récolter les choux de Bruxelles, de Milan, fleur, rave, etc. En région douce récolter les navets, betteraves, topinambour, crosne… au fur et à mesure des besoins. Ailleurs il est préférable de les stoker à l’abri (silo, cellier, cave, etc).

Semer pois et fève en région douce et/ou littorale. Ce semis précoce permet un bon ancrage des racines et une récolte primeur.

Sur tous les espaces libérés par les récoltes, étaler un paillage protecteur du sol vis à vis des intempéries. Ce paillage-mulch va aussi activer les animaux du sol. En effet les bactéries, champignons, algues, lombrics, etc. vont s’activer à dégrader la matière apportée, permettant l’assouplissement et l’enrichissement du sol.

Mettre en place un petit tunnel, de type nantais, pour protéger les cultures en place qui pourraient souffrir des pluies, grêles, vents, froid. Faire blanchir les céleris, endives, chicorées, pissenlits, cardons.

Le choux de Bruxelles, excellent après les premières gelées

Jardin d’ornement

Prévoir l’achat de tuteurs ou la récolte de jeunes tiges de châtaignier ou de robinier faux-acacia pour le même usage. Ces essences de bois sont les plus résistantes vis à vis des champignons.

Procéder aux dernières tontes, selon la région. Par la suite profiter de la trêve hivernale pour faire une révision générale: affûtage de lame, nettoyage du carter et du carburateur, etc.

Prévoir de mettre en place un tuteur au moment de la plantation des arbres 1/2 tige et haute-tige. Placer le tuteur du côté du vent dominant. De même haubaner les conifères plantés avec leur motte, ce qui leur assure la stabilité nécessaire à une bonne implantation racinaire.

Débuter les plantations à racines nues (« à la sainte-Catherine tout bois prend racine ») et en motte. Planter les bisannuelles, telles les giroflées, pensées, primevères, etc.

Désherber les cours et allées en associant les multiples approches, selon la situation: binage, sarclage, passage à la flamme, arrosage au mélange sel-vinaigre blanc-eau, etc.

Broyer les déchets de taille puis les composter ou les utiliser en paillage. Ramasser les feuilles mortes à la tondeuse. Stoker le bois de chauffage bien au sec.

Novembre: dernières tontes, plantations, désherbage…

 

Verger

Planter les arbres et arbustes fruitiers en pleine-terre, bacs et poteries de bonnes dimensions.

Stratifier les noix, noisettes et autres graines fruitières en les mélangeant, par couches, à du sable (en pot, bac, seau, percés à leur base); cette sorte de pré-germination permet une vraie germination plus efficace en mars-avril.

Enlever, sans en oublier, les fruits momifiés sur les arbres et arbustes. Si ce n’est pas fait, le foyer d’infection de ces champignons sera ré-activé dès le printemps.

A l’aide d’un sécateur, serpette, couteau à creuser creuser les chancres puis enduire les plaies à l’aide de goudron de Norvège.

Apporter des amendements au pied des arbres et arbustes. Au choix, selon les besoins : compost, fumier bien décomposé, cendres, chaux, sable calcaire, etc.

Arbres-tige à racines nues prêts à être plantés

 

 

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

Des thématiques originales, des graines surprises et les conseils de notre professeur d’horticulture ! A partir de 12,90€ / mois.

Je découvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.