Comment réussir son semis ?

Pas de panique, même si vous n’avez jamais jardiné ! Il suffit de respecter quelques règles simples, d’avoir un peu de rigueur et la réussite est à portée de main. Et puis, si le semis rate il suffit de resemer, ça arrive aux meilleurs professionnels ! Pour cela, lorsque l’on entame un sachet de graines, il faut prendre l’habitude d’en garder une moitié ou un tiers pour un semis ultérieur. Ou bien encore, les conserver pour l’an prochain.

Le semis : Un geste ancestral

Semer c’est copier la nature. En effet, celle-ci a inventé la fleur il y a des milliers d’années. Depuis elle disperse autour de la planète les graines, par le vent, les animaux, l’eau et l’homme. Aujourd’hui le semis est abondamment utilisé par les forestiers, maraîchers, horticulteurs et jardiniers amateurs.

Semer c’est véritablement s’inscrire dans un cycle naturel qui permet d’en apprendre beaucoup sur la vie d’une plante et l’aspect de ses différents organes. Il suffit pour cela de leur accorder 2-3 minutes par jour.

Vous débutez en jardinage ? Avec l’abonnement Mon Petit Coin Vert à 12,90€/mois recevez chaque mois dans votre boîte aux lettres des variétés originales et bio adaptées à vos conditions de culture et tous les conseils d’un expert pour apprendre à jardiner.

Je découvre l’abonnement !

Avantages du semis

Comparé aux autres techniques de multiplication des plantes (bouturage, greffage, etc.), le semis présente des caractéristiques qui lui sont propres.

  • Les graines se conservent facilement, au sec, dans un volume de stockage restreint
  • Les risques de propagation de maladies, virus, insectes sont limités
  • Il permet la reproduction de variétés anciennes telles que les légumes oubliés
  • Obtenue par fécondation, la graine contient un embryon, tout ce qu’il y a de plus vivant, mais sous une forme de vie ralentie

Comment réussir un semis ?

La réussite est à portée de main si on respecte 2 règles concernant le climat, le terreau (ou la terre) et la graine :

  • Un bonne maîtrise des conditions d’humidité du terreau, de la température ambiante et de la lumière
  • Une connaissance des besoins de la graine : profondeur de semis, espace entre graines, etc.
Le terreau (ou sol)

Placée à bonne profondeur (indiquée sur le sachet), la graine semée doit trouver l’oxygène nécessaire à sa respiration. En conséquence, si le terreau est trop humide, « noyé », la graine s’asphyxie et meurt.

À l’inverse, une graine ayant germée puis se trouvant entourée de terreau sec pendant trop longtemps va faner, dessécher puis mourir très vite. Cette situation se produit lorsque le jardinier, trop distrait ou à la suite d’un absence trop longue, n’a pas assuré les arrosages à la bonne fréquence.

mini mottes terreau
Mini mottes de terreau

L’idéal est d’arroser régulièrement, avec une eau à température ambiante, si possible par capillarité. Vous pouvez par exemple verser de l’eau au fond d’une coupelle dans laquelle ont été disposés des godets, sur une hauteur d’un 1/2 cm. Ce système diminue les attaques de champignons telle que la fonte des semis.

Le climat

La lumière n’est pas indispensable à la levée des graines, la plupart d’entre-elles germent même mieux à l’obscurité.

Par contre, dès l’apparition des jeunes tiges vertes, le jardinier doit leur assurer la présence de lumière, cela évite l’étiolement des fragiles plantules (les tiges filent en hauteur et sont maigrelettes).

Pour éviter l’étiolement, il existe une seconde astuce. Il faut semer assez clair. Dans le langage des jardiniers cela signifie que les graines sont espacées les unes des autres. Cet espace varie énormément : une graine de bégonia (50 000 graines par gramme) comparée à celle d’un haricot (2-6 graines par gramme) c’est un peu la souris face à l’éléphant ! Le repiquage suivi d’un empotage permet également de lutter efficacement contre l’étiolement du semis.

semis de tomate
Semis de tomate

Semer sous abri (serre, châssis, ombrière, film plastique, film géotextile, etc.) permet d’évacuer les tracas liées au vent, précipitations, soleil excessif. Cela permet aussi de récolter avec de l’avance.

La graine

Les graines vendues dans le commerce portent en elles une durée de vie, programmée par les gènes qu’elles contiennent. Cette durée de vie varie d’une plante à l’autre. Concernant les légumes, par exemple, cette durée de germination est souvent comprise entre 2 et 5 ans. Un simple test de germination, en cas de doute de la validité de graines, permet de savoir si le lot considéré est bien vivant : il suffit d’en semer un peu entre des feuilles de sopalin maintenu humide pendant toute la levée qui intervient généralement dans un laps de temps compris entre 1 à 3 semaines.

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

Des thématiques originales, des graines surprises et les conseils de notre professeur d’horticulture ! A partir de 12,90€ / mois.

Je découvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

17 − treize =