Même si le mois de septembre semble sonner le glas des légumes… il y a encore beaucoup à faire au potager ! En effet, certes les jours raccourcissent, certes les nuits sont plus fraîches et la rosée davantage présente, mais des plantations et semis de fin d’été-début d’automne sont toujours à l’ordre du jour. Les légumes figurant ci-dessous sont disponibles en motte, de plus en plus fréquemment, sur les marchés et dans les jardineries.

Chou pommé

Choux pommés red whiteLes autres choux d’hiver ont déjà été semés ou plantés. Reste celui-ci qui est inratable si l’on prend la précaution de ne pas lui faire subir le sec. Amateur de climat de préférence frais, agrémenté de belles ondées régulières, il se plaît en terre profonde et riche en humus (un bon terreau contenant du compost pour les cultures en bac ou sac). Son ennemi le plus tenace : la piéride du choux, un papillon dont la chenille vous nettoie un plant le temps d’y penser !

En cuisine, le chou pommé (comme le chou de Bruxelles), présente l’inconvénient de libérer des composés soufrés malodorants. Pour les bloquer, il faut procéder à l’opération du blanchiment. Un volume d’eau adéquat et salé est porté à ébullition. Le légume y est plongé pendant 5 minutes environ. Résultat : la montée en température, brève mais brutale, a pour effet de détruire les enzymes responsables de la formation des odeurs . Idéal pour les potées, salades crues (bien émincées) et autres pot au feu.

Épinard d’automne-hiver

épinard enfantParmi les légumes peu cultivés figure l’épinard, pourtant excellent lorsqu’il est préparé à la florentine, en purée, pâté ou tarte. La graine de l’épinard possède une belle qualité : sa faculté à germer reste intacte 7 ans et elle peut se semer en septembre. L’épinard n’est pas gêné par un sol à tendance lourde (mais sans excès d’humidité).

Par contre il déteste les sécheresses. Il sera inutile de bêcher, il préfère un sol ferme et correctement fumé. En bac ou sac il faut donc prévoir un terreau bien consistant. C’est aussi un véritable aspirateur à nitrates. Cueillir feuille à feuille en commençant par la périphérie. Il s’agit d’une plante riche en micronutriments (oligo-éléments, vitamines, iode…) et fibres. Pensez à ne pas l’arracher, l’épinard repousse bien, après la coupe des feuilles!

Laitue

Laitue d'automneLes variétés de laitues sont si nombreuses qu’il est impossible de ne pas trouver celle qui convient. Leur nom est souvent indicateur de la saison qui leur convient : ‘Merveille des 4 saisons’, ‘Brune d’hiver’ ou ‘Rouge d’hiver’ ne laissent planer aucun doute quant à la saison adéquate. En cas de doute, le dos du sachet indique clairement la date du semis. Un bon taux de matière organique dans le sol ou le terreau offre la garantie de réussite pour ce légume-feuille.

Après le semis, le démariage (on ôte les plants en trop) ou le repiquage a lieu au stade 3-4 feuilles environ. Surveiller l’apparition des limaces et escargots qui, malgré leur lenteur proverbiale, vous nettoient un carré en une nuit ! La présence de nombreux antioxydants -dans une laitue- permet de lutter contre le vieillissement de nos cellules. Enfin, ces plantes, non contentes de ravir nos papilles, diffusent dans notre organisme des vitamines (sources principales de vitamines C et provitamine A) et minéraux très variés qui agissent en prévention de l’hypertension et de certaines tumeurs.

Navet

navetN’est pas navet qui peut ! Un bon navet se mérite, en effet. Longtemps décrié, ce légume-racine a conquis ses lettres de noblesse, adoubé qu’il est désormais par les chefs les plus toqués de la planète cuisine. Le semer ne présente aucune difficulté. Ses petites graines noires se déposent au fond d’un sillon très peu profond (1 cm), sous peine de ne pas germer !

Mis en terre ou terreau (sac ou bac) en début de ce mois, il se récolte jusqu’au mois de décembre, voir plus tard sous abri ou en région au climat doux. Le navet (penser à de succulentes variétés, telles les ‘Jaune boule d’or’ ou ‘Blanc globe à collet violet’) s’accommode bien avec la carotte, le panais et fait des merveilles en ragoût d’agneau.

Mâche

La mâche à grosse graine, présente sous de nombreuses variétés, est facile à semer car ses graines tiennent bien en main. Cette opération se déroule en sol ferme, à peine ameubli en surface : c’est ainsi que la levée (lente) se fait le mieux. En cas d’intempéries il est judicieux de disposer un film perforé au dessus du semis. Sous abri tout est plus facile, en pot et sac, également.

La croissance de cette salade se poursuit jusqu’en fin d’hiver ce qui est, il faut le reconnaître, une aubaine de jardinier : elle est riche en vitamine du groupe D, bêta-carotène, magnésium et potassium et assez riche en acides gras de la série oméga 3. Elle facilite le transit intestinal grâce à ses fibres. Elle se déguste, enfin, accompagnée d’un filet d’huile d’olive et de quelques cerneaux de noix. Le mariage de ces trois ingrédients constitue un régal!

Radis d’automne-hiver

Les radis dits de « tous les mois » sont nombreux (‘Flamboyant’, ‘Bamba’, ‘Cerise’, ‘Apolo’, etc.). Leur gros avantage, du point de vue de la germination : celle-ci peut débuter dès 7-10°C de température. Quatre à six semaines –parfois moins- suffisent pour que le radis atteigne le stade de la maturité. On le sème en lignes distantes de 20 cm (ou à la volée) à une profondeur de 2 cm.

Après avoir tassé le sol, il ne reste plus qu’à veiller à sa fraîcheur. N’en déplaise aux amateurs de soleil, l’excès de chaleur le rend aussi creux et piquant qu’un fin gourmet ne saurait, alors, l’apprécier.

Leave a Reply