5 bonnes raisons de cultiver légumes et plantes médicinales

Hippocrate, père de la médecine, le clamait haut et fort: « fais de ton aliment ton médicament! ». Il n’aura d’ailleurs pas fallu attendre cette affirmation pour que les hommes se soient mis à la phytothérapie. En effet, par intuition et empirisme, les hommes ont progressivement découvert les vertus des plantes, ceci sur tous les continents et depuis des dizaines de millénaires. À partir des années 1850, des médicaments issus de la chimie apparaissent progressivement sur le marché et déclassent inéluctablement les pratiques ancestrales. Depuis, les plantes médicinales reviennent au goût du jour. On vous donne 5 bonnes raisons de les cultiver !

Une efficacité reconnue par la science

Dans ce contexte global de perte d’estime vis à vis de l’action des plantes médicinales et condimentaires, la question se posait de savoir ce qu’il en était réellement de leur efficacité. C’est à Jacques Fleurentin [1] et ses collègues pharmaciens que l’on doit d’avoir élucidé la question. Pour ce faire ces derniers ont mené une étude approfondie sur l’impact de ces plantes dans diverses ethnies, cultures et traditions.

Elles furent testées, tel que l’indique Fleurentin, « chez l’animal ou sur culture cellulaire en fonction de leurs indications thérapeutiques traditionnelles dans un premier temps puis chez l’homme pour confirmer ou infirmer la tradition. »

Quelques années de recherche amènent à un constat sans appel: «dans 75% des cas, l’évaluation montre que la plante a une activité en rapport avec l’usage traditionnel. »

Pour le plaisir

Vivre, de A à Z, l’expérience qui consiste à mettre l’embryon contenu dans une graine en terre (ou en terreau), puis d’assister à la germination de celle-ci peut être la source d’un grand plaisir. Par la suite, accompagner le développement de la plante, assurer ses besoins jusqu’à la récolte, rend conscient de la richesse du vivant… et de sa fragilité ! Il faut en effet, pendant plusieurs semaines ou mois, arroser, protéger du froid, du soleil et de l’eau en excès, etc. Tout cela crée un lien entre l’homme et la plante. Sans parler de la joie de récolter sa production.

Pour l’assurance de la qualité

La qualité d’un légume, d’un fruit, de feuilles pour la tisane ou de tout autre partie d’une plante tient à plusieurs facteurs. Un terreau ne contenant que des engrais ou composts naturels est déjà le premier gage de qualité pour le corps humain. La culture sans pesticides, ensuite,  épargne notre organisme d’avoir à lutter contre les agents qui peuvent perturber le fonctionnement de nos cellules, de nos organes, du corps tout entier.

Pour récolter au bon moment

La récolte des produits issus de l’agriculture conventionnelle s’accompagne de conditions de stockage spécifiques : récolte avant maturité, utilisation de produits variés allongeant la durée de conservation, etc. Sur votre terrasse, balcon, fenêtre, la récolte se fera au bon moment : celui où le fruit ramollit, où il a pris de belles couleurs (tomate) ; juste avant l’éclosion des fleurs (menthe) ou, pour citer un dernier exemple, quand le feuillage commence à jaunir (échalote).

[1] Auteur, entre autres ouvrages , de l’excellent « Du bon usage des plantes qui soignent», édité chez Ouest-France

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

Des thématiques originales, des graines surprises et les conseils de notre professeur d’horticulture ! A partir de 12,90€ / mois.

Je découvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

deux × 2 =