Que faire en juin, du balcon au potager ?

Juin est le mois du solstice d’été, jour le plus long de l’année, fixé au 21ème jour cette année. Cette date signale ainsi notre entrée dans l’été magnifiée par la floraison des cornouillers. Désormais les nuits ne portent aucun risque de froid, sauf en montagne.

Cependant, l’indécision climatique, sur fond de valse possible des anticyclones et désagréments atmosphériques a forgé la patience et la prudence de générations de jardiniers. Ne mettant pas tous leurs œufs dans le même panier, ils rivalisent d’astuces afin d’assurer de bonnes récoltes. Au menu figurent l’utilisation de purins et décoctions qui protègent et fertilisent les plantes.

Le paillage au sol économise l’eau et supprime la concurrence des herbes sauvages. Puis, pour ne citer qu’une dernière combine, le semis échelonné sur plusieurs semaines permet de s’assurer des récoltes, en quantité raisonnable, sur toute la période de croissance des plantes.

Balcon, terrasse et rebord de fenêtre

Il est bon d’arroser tous les 2 à 3 jours selon la météo du moment. Pour limiter la fréquence de ces arrosages. Rappelons-nous que le paillage, disponible dans n’importe quelle jardinerie ou fait-maison, conserve l’eau dans les pots, sacs et bacs.

Sur les touffes bien développées de camomille, calendula, lavande, etc. procéder à la récolte en respectant ce principe : les fleurs ne doivent pas être entièrement épanouies.

Les plantes mises en place dans les suspensions, sur balcon, terrasse… ou pergola se sont développées et nécessitent désormais un entretien régulier. Ces végétaux décoratifs ou ces légumes, tels les pétunias, plantes condimentaires ou les fraisiers doivent être arrosées régulièrement.

Il est utile de pincer, entre le pouce et l’index, les extrémités des plantes que l’on désire étoffer car la suppression du dernier bourgeon et de ses premiers voisins réveille ceux qui les précèdent. En réponse la plante devient effectivement plus touffue.

Le semis échelonné de légumes variés, tels les tomate, poivron, aubergine, pomme de terre et carotte hâtives, laitue, épinard, betterave, poireau, etc. peut se poursuivre. Cette façon de faire, qui consiste à semer peu à la fois, mais de façon étalée dans le temps est excellente pour plusieurs raisons. Cela permet, entre autre, de ne pas gaspiller les graines, de récolter sur toute la saison de croissance des végétaux, et de transformer les échecs ou erreurs constatés les fois précédentes en réussite.

Les plantes annuelles ( coquelicot, bleuet, suzanne aux yeux noirs, pétunia, nigelle de damas, mimosa pudique, lupin, gueule de loup, etc. ) semées le mois dernier peuvent remplir vos contenants. Il est en effet temps de les transplanter en jardinière, pot ou bac. Éviter de planter à densité trop élevée. Autre solution : acheter des plants en godet puis les planter à l’extérieur.

Les vivaces et aromatiques de grande taille, semées en godets ou achetées le mois dernier se tuteurent ou se palissent afin que leurs tiges ne se brisent pas sous l’effet d’un bon coup de vent ou d’un orage. Plantes concernées : pied-d’alouette, lupin, échinacée, armoise, aneth, menthe, etc.

Dans le même esprit les plantes grimpantes poursuivent leur croissance, elles-aussi. Il est utile de poursuivre leur fixation sur les supports prévus (claustra, treillage, pergola, grillage, tuteur, etc.)

Pour ceux qui doivent s’absenter régulièrement, installez un système d’irrigation branché sur une horloge (profiter des promotions de saison pour effectuer cet achat), ce qui automatise l’arrosage. Retrouvez toutes nos astuces pour arroser vos plantes pendant les vacances sur notre blog.

Désherber, si ce n’est déjà fait, les contenants -pots, jardinières, bacs divers – des plantes adventices qui s’y sont implantées au cours des derniers mois.

Jardin d’ornement

Désherber, avec soin en cette période cruciale de forte croissance végétative, les cours et allées ; en faire de même dans les massifs non recouverts par un paillage organique. Avec le temps, le paillage mis en place sur les différents massifs (vivaces, arbustes, petits fruitiers…) peut présenter des trous ou des épaisseurs trop faible, c’est le bon moment de rectifier cela par des rajouts de matière, ici et là.

Certains rosiers ont déjà fleuri il est temps de leur appliquer une taille de re-floraison, ce qui consiste à raccourcir la partie supérieure de 10-15 cm. Cela va réveiller les bourgeons latents du dessous et provoquer une nouvelle mise à fleurs. Semer les nouveaux gazons après préparation adéquate du sol : ameublissement, travail superficiel, roulage, etc.).

Planter les vivaces et aromatiques en godets. Au préalable, une bonne poignée de compost-maison ou acheté en sac aura été mise au fond du trou de plantation et mélangée a la terre ; cela stimulera la pousse. Tondre régulièrement le gazon. Découper les bordures de gazon à l’aide d’une bêche ou d’un dresse-bordure.

Planter les vivaces et aromatiques en godets. Profiter de l’ameublissement du sol pour éliminer méthodiquement les racines du chiendent, pissenlit et celles du liseron. Mettre en place (pleine terre ou bac) les bulbes d’été: dahlia, tigridia, tulbagia, montbretia… ainsi que ceux d’automne tel les nerines et amaryllis.

Sous serre, blanchir les parois, selon l’intensité lumineuse de la région ; il existe d’autres solutions pour abaisser la température, ombrer et/ou aérer.

Potager

Nombreux sont les bio-agresseurs tels les pucerons, chenilles, limaces, etc. qui n’apprécient guère l’odeur de l’absinthe qui agit sur eux comme répulsif. Cela explique que certains jardiniers en pulvérisent sur leurs plantes.

Les papillons sont de sortie, à la recherche de partenaires pour assurer leur reproduction. Il en résulte parfois, particulièrement sur les choux, la présence d’œufs au revers de la feuille. Lorsque ces œufs deviennent des chenilles, les dégâts peuvent être importants. Ces animaux sont récoltés à la main au début de leur présence. Si la surface concernée est importante, une bactérie en vient à bout facilement.

C’est le bon moment pour repiquer les poireaux en terre ou terreau bien ameubli, assez profondément afin d’avoir d’avantage de blanc. Les poireaux achetés en botte ou issus d’un semis fait maison ne doivent pas avoir leurs racines à l’air libre ; dans l’attente du repiquage, ils doivent être mis dans un récipient, comme un seau ou une bassine, contenant un peu d’eau. Cela permet de préserver les toutes jeunes racines en bon état, ce qui est l’assurance d’une reprise rapide.

Poursuivre les semis décalés de pois, radis, navet, persil, aneth, carotte, betterave rouge… laitue, panais, pois à rames. Cette pratique prolonge la récolte sur toute la saison.

Butter tomates, haricot, pois et courges afin de leur assurer un bon développement et de consolider leur base.

Les tomates plantées en début de printemps poursuivent leur croissance. Il faut enlever les gourmands qui se développent à l’aisselle des feuilles. Si les pieds manquent de vigueur, quelques arrosages à base de purin d’ortie ou de consoude vont les stimuler !

Planter choux variés, céleri rave et céleri à côtes, pomme de terre, fenouil de florence, courgette, poivron, plantes aromatiques, etc.

Sous abri

Repiquer et/ou planter les jeunes plants de courgette, potimarron, concombre, poivron, stévia, etc. Si vous voulez sur comment réussir le repiquage de ses jeunes pous

Butter les pommes de terre, haricot grimpant et courges.

Aérer les abris lorsque le soleil se montre ; cela permet une bonne circulation de l’air qui se traduit par une baisse de la température, des attaques de champignons variés et limite également la présence des insectes, tel le puceron.

Verger

Les greffes se sont soudées, les tiges se sont allongées, il est bon d’éviter, désormais la casse de ces fragiles édifices en fixant un ou plusieurs tuteurs. Les ligatures se font d’abord sur la tige du porte-greffe, ensuite sur celle du greffon.

Les petits fruits, qu’ils soient rouge, noir, bleu ou vert, sont déjà attractifs pour les oiseaux, il faut, sans tarder, les protéger des oiseaux par la mise en place de filets.

Éclaircir les bouquets sur arbres fruitiers en supprimant les fruits en excès sur un même bouquet. Rappellons-nous qu’un fruit tous les 7-10 cm suffit, en général. En laisser davantage se traduit par l’obtention de fruits plus petits.

Surveiller l’apparition des pucerons et autres parasites. L’utilisation de produits naturels répulsifs ou insecticides (savon noir, tanaisie…) contribue à l’obtention de produits sains ; en outre cela préserve bien davantage les insectes autres que ceux visés par le traitement.

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

L'abonnement Mon Petit Coin Vert

Des thématiques originales, des graines surprises et les conseils de notre professeur d’horticulture ! A partir de 12,90€ / mois.

Je découvre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires.

8 − 5 =